jeudi 10 août 2017

SOIS SANS TEMPS

Sois sans temps,
Afin de pouvoir jouir de ce moment.
Afin de le vivre comme un présent.
Afin de pouvoir en être conscient.

Sois sans temps,
Pour voir que tout est un cadeau du ciel,
Tout comme le sont ces sublimes hirondelles,
Qui chaque année, annoncent le printemps.

Sois sans temps,
Pour voir que tout ce que la vie te donne,
Comme ces feuilles aux couleurs de l’automne,
T’est présenté sur un plateau d’argent.

Sois sans temps,
Laisse-toi t’émerveiller comme un enfant,
Devant ce papillon aux ailes irisées,
Déployant devant toi, toute sa beauté.

Sois sans temps,
Devant cette jolie fleur qui s’est ouverte,
Depuis hier, devant ta fenêtre,
Exhalant son parfum envoûtant.

Sois sans temps,
Quand ton regard croise celui d’un être aimé,
Dans cette immensité, t’y immergeant,
Deux ne font qu’Un, de Toute Éternité.

Sois sans temps,
Quand tu t’offres à l’autre, en l’écoutant,
Le ressentant comme un autre toi-même,
Ton reflet étant là, pour que tu l’aimes.

Sois sans temps,
Dans tout ce que tu fais, entièrement,
Dans Ta Présence, incarné dans ce temple,
Conscient de La Source qui te contemple.

Sois sans temps
Pour réaliser tous tes rêves caressés,
Que ton Soi, t’a subtilement insufflés,
Afin, sur cette Terre de pouvoir t’’amuser.

Sois sans temps,
Dans cet Univers, infiniment grand,
Pour rire et jouer aux mille et un jeux
De la Vie, quels qu’en soient les enjeux.

Sois sans temps
Pour voyager dans l’espace et le temps,
Pour sans cesse créer et te recréer,
Pour sans cesse, tes cellules renouveler.

Et,
Puisque le temps n’est en fait qu’illusion,
Pourquoi vouloir alors, lui porter attention?

Pour voir ce qui ne peut être vraiment vu
Qu’en arrêtant le temps, par l’intensité vécue
De chaque moment, hors de l’espace- temps
En totale symbiose, avec ce qui se vit en dedans.

Je t’aime,

Brigitte 

mercredi 5 avril 2017

Le grand défi d’aimer, le défi de s’aimer,



Cette année qui commence, dans cette nouvelle maison,
Toute remplie de lumière, au cœur de la nature,
Dans ce village aimé, ce rêve bien mature,
Tu l’as manifesté, amie, de par ta vibration.

C’est aussi grâce à elles, ces deux femmes de cœur,
Qui ont su t’accueillir, comme hôte, avec bonheur,
Que tu peux maintenant, jouir de chaque moment,
Et expérimenter la Vie, en la louant.

Or, toi qui a choisi d’évoluer en conscience,
Tu sais bien que la vie, jamais ne te laissera,
Sommeiller tranquillement, tant que tu n’auras pas,
Embrassé tout ce qui, t’amène en turbulences.

Quand tout semble être posé, réglé à l’extérieur,
C’est en dedans de nous, qu’alors viennent les vagues,
Prémices d’un renouveau, libératrices dans l’âme,
Qui déferlent comme mémoires, d’un passé antérieur.

Elles surgissent pour mieux, réapprendre à aimer,
Réapprendre à s’aimer, inconditionnellement,
Comme le font les enfants, spontanés, transparents,
Vrais, dans ce qu’ils ressentent, au-delà du jugement.

Lorsque le tumulte gronde, laisse-le te traverser,
Sans aucune résistance, laisse-le vivre, sans penser,
Ne lutte pas contre ce qui, t’ouvre à la compassion,
Repose-toi en Toi, reste dans l’observation.

Sans juger, critiquer ou bien la repousser,
Accueille toute expérience, et laisse-toi bercer,
Dans tes bras, souris-toi, et puis remercie-toi,
Pour cette réminiscence qui te ramène à Toi.

Lors, choisis d’inventer, en choisissant l’amour,
Pour ce qui se présente, pour ce que tu ressens,
Dès qu’une question surgit où un évènement,
Aligne-toi à Ta Source, réinvente-toi, toujours.

Le plus grand défi c’est, d’aimer dans notre essence,
Au-delà de nos sens, de toutes les apparences,
Puisque tout ce qui se présente à nous est Dieu,
Et tout ce qui s’élève en nous est aussi Dieu.

Car de se sentir bien, rien n’est plus important,
Pour cela, il nous faut, choisir sans concession,
Parmi toutes nos pensées, celles du contentement,
Celles qui nous rendent heureux, montent nos vibrations.

La vie est un terrain d’expériences et de jeux,
Où tout y est possible, est permis sous nos cieux,
Puisque tout est inclus, dans cet Amour Divin,
D’erreurs il ne peut lors, y avoir en toute fin.

Décide dès maintenant belle amie, de reprendre,
Ce pouvoir que tu as, de ta Divine Essence,
Afin de vivre en paix et en joie pour comprendre,
Qu’il est plus reposant d’être dans Ta Présence.

De cœur à cœur,
Je t’aime,


Brigitte



















































dimanche 12 février 2017

Amour...Amour, toujours,

L’Amour c’est le chant de l’oiseau, qui s’égosille dans le matin,
Et c’est le murmure du ruisseau, que tu entends dans le lointain,
C’est la vie qui palpite en toi, et toute cette joie que tu ressens,
C’est le mouvement de la vague, qui déferle en toi, en tout temps.

L’Amour, c’est un bouquet de roses, au parfum si suave et léger,
Dont le doux velours de leurs robes, de plaisir te fait frissonner,
C’est quand leur parfum si subtil, te remplit, t’étourdit, se mêle,
À chaque cellule de ton corps, à chaque fibre de ton être.

L’Amour, c’est comme un champ de blé, immense, doré et ondulant,
Ce sont tes deux bras qui enlacent, et qui accueillent tout en berçant,
Ce sont ces étoiles dans tes yeux, qui donnent ce regard amoureux,
Et c’est ton sourire, c’est ta bouche, qui sait dire des mots merveilleux.

L’Amour, c’est beau, c’est doux, c’est tendre, c’est chaud comme le soleil d’été,
C’est doux comme la soie de ta peau, dont ton corps s’est enveloppé,
Et c’est beau comme un paysage, que tu découvres lors de voyages,
C’est tendre tout comme l’enfant, qui vient de naître, en nouveau sage.

L’Amour ne peut pas se comprendre, l’Amour peut simplement se vivre,
Et l’Amour ne peut pas se prendre, l’Amour n’est qu’une route à suivre,
Il se trouve au fond de ton cœur, prêt à s’amplifier, se donner,
L’Amour est Lumière et Conscience, et Transparence et Vérité.

L’Amour c’est l’expansion du cœur, l’énergie du feu allumé,
C’est l’expansion de la Conscience, la Conscience de l’Unité,
L’Amour c’est toi et puis c’est l’autre, que tu acceptes dans son entier,
Que tu acceptes dans son âme, et dans toute son unicité.

C’est comme une communion d’âmes, une vibration qui remplit,
Une Union avec le Divin, dont toute chose fait partie,
Il est partout sur ton chemin, si tes yeux tu sais les ouvrir,
Et si tu sais tendre la main, ton cœur saura Le ressentir.

Pourquoi vouloir chercher l’Amour, puisqu’il est là, au fond de toi,
Il  a toujours trouvé sa place, en t’ouvrant, tu lui as fait foi,
Amuse-toi à le perpétuer, à travers l’échange et le don,
Puisque c’est tout ce que tu crées, à partir de Sa vibration.

L’Amour est au-delà du temps, l’Amour est par delà l’espace,
Et l’Amour naît de la fusion, d’un regard, d’un son qui embrasse,
Dans la fusion de celui qui, regarde et qui est regardé,
L’Amour c’est un éclat de rire, dont la magie sait opérer.

L’Amour est enfant de partage, et puis l’Amour est liberté,
 Tu le reçois en héritage, tu ne peux pas l’emprisonner,
Et l’Amour n’a pas de mesure, il ne peut être quantifié,
L’Amour est entier, Il est pur, Il ne peut être entaché,

L’Amour c’est un élan des cœurs, c’est nous, quand nous sommes réunis,
Et c’est grand comme un Océan, d’Univers, de Mondes et de Vies,
L’Amour, c’est Nous, dans Notre Essence, Nous, l’Amour au-delà des sens,
Un abandon total à ce qui est, ce moment pur qui nous encense.

L’Amour c’est le regard, que porte le Créateur sur Sa Création.

Je vous aime

                                                                       Brigitte

mercredi 1 février 2017

Tout comme les arbres,

Sur les grands arbres souffle aujourd’hui, la tempête.
Ils s’offrent à elle ainsi, sans aucune résistance,
Leurs longues branches se meuvent avec tant d’élégance,
En danses aériennes de leurs pieds à leurs têtes.

Ils sont solidement, plantés en la Terre-Mère,
En Elle, leurs racines se déploient pour puiser,
La nourriture divine, comme celle de leur père,
Qu’ils reçoivent par leurs cimes, vers le ciel, tournées.

Je te vois comme ces arbres, lors des soins que tu donnes,
Par tes pieds à la Terre, profondément ancrée,
À la Source en ton cœur, divinement reliée,
Canal de l’Univers, pour aider ces personnes.

Belle Âme-mie, tout comme eux, avec la vie, jouant,
Tu te laisses chahuter, par les évènements,
Tu t’y laisses glisser, sans résister au temps,
Sans t’opposer à ce qui devant toi est présent.

Car tu le sais fort bien que de la Source, tout vient,
Que ce qui se présente à toi n’est rien d’autre que Dieu,
Pour l’aimer quelle que soit la forme qui Le contient,
Ce qui s’élève en toi, lors, est pareillement Dieu.

Et la force que tu puises, en la Terre, en le Ciel,
Te vient de Leur union, que tu retrouves en toi,
Ce mariage alchimiste, de la Reine et du Roi,
Entre ton Soi-divin et ton soi temporel.

C’est Grand-Arbre mon ami, qui me souffle à l’oreille,
Que tous les siens sont là, pour t’aider à œuvrer,
Qu’à tout moment tu peux, si tu veux te tourner,
Vers eux, ces ancreurs de Lumière, qui sur toi, veillent.

Aujourd’hui, ils te tendent tous leurs longs bras,
Pour te serrer très fort sur leurs grands cœurs d’amour,
Et moi, je fais de même, et je sais que là-bas,
Aux confins de la Terre, tu le ressentiras.

Je t’aime,

Brigitte

vendredi 30 décembre 2016

POÉSIE POUR L'AN NEUF.

Voilà qu’à pas de velours, la nouvelle année,
Chaussée de ses trois cents soixante et cinq souliers,
Arrive et vient  frapper, à ta porte d’entrée,
Pour t’offrir les cadeaux, qu’elle t’a réservés.

Les souliers de Janvier sont de blanc habillés,
Et leurs présents foisonnent de cristaux par milliers,
Reflétant de ta vie, tous ces miroirs croisés,
Irradiant la lumière que tu leur as semée.

Et ceux de février, t’offrent des pages blanches,
Ces pages que tu as, écrites en lettres franches,
À la lumière des jours, elles se révèleront,
Sources d’inspiration, de manifestations.

De mars les souliers, subtilement se remplissent,
De ces frémissements, de prémisses que tu sens,
T’annonçant l’arrivée prochaine du printemps,
Et de son explosion, préparée de long temps. 

Avril voit ses souliers, se remplir de sève,
Cette sève qui nourrit et fait vivre tes rêves,
De cette sève qui circule et qui donne la vie,
Et prépare en tes veines, ce sang neuf qui jaillit.

Et Mai les voit alors, regorger de bourgeons,
Qui se préparent pour, faire leurs floraisons,
Afin que la  beauté de ce mois se dévoile,
Celle que tu as semée, qui te vient des étoiles.

Et les souliers de Juin, fleurissent de bonheur,
Celui du renouveau, tu lui ouvres ton cœur,
Les jeunes poussent lèvent, celles que tu as chéries,
La magie du printemps, est celle de ta vie.

Juillet a des souliers, luisant de mille feux,
De ses souliers vernis, valsant aux jours heureux,
Recevant par milliers ses roses, en brassées,
Aux parfums des chemins que tu as sillonnés.

Et le mois d’Août les voit, dans ses douceurs d’été,
De ta magnificence étalant ta beauté,
Et le soleil plus chaud, rayonne de bonheur,
Et tu chantes ta joie de sentir sa chaleur.

Septembre  les rempliras encore plus d’allégresse,
Ces cornes d’abondance, qui te mettent en liesse,
Et qui font de ce mois, un mois plein de promesses,
Ouvrant ainsi la voie aux fruits de la tendresse.

De fruits vermeils regorgent, les souliers d’Octobre,
Ces fruits mûris en toi, tous au longs de ces mois,
Ces mois et ces années, passés à te connaître,
Et puis te reconnaître, pour que tu puisses renaître.

En Novembre tes souliers, se mettent à chanter,
Sur tes introspections, à chanter et danser,
Et ce sont de multiples voix qui les remplissent,
Et qui fêtent ta gloire, et qui te définissent.

En Décembre, tu bénis cette année écoulée,
De gratitude sont pleins, à craquer tes souliers,
Car de nombreux présents, elle a su t’apporter,
Ces multiples moments, de générosité.

Cette année n’est vraiment, que ce que tu en fais,
Sensible aux résonances que tu sais faire vibrer,
Semblables aux sons d’amour de ton cœur, ta Présence,
Lumineuse et vibrante, de ton Être l’essence.


Brigitte


                                                                                                           

mardi 20 décembre 2016

Il est né l'enfant divin en toi

Il est né le Divin Enfant,
Chantons tous, Son avènement!
Il est né, Celui qui en toi,
Attendait pour devenir Roi.

Il  est né  dans toute Sa splendeur,
Il est né dans toute Sa grandeur,
Il est né, l’Enfant adoré,
Pour t’apporter la joie d’aimer.

Il est né pour t’apprendre à jouer,
À voir la vie du bon côté,
Et pour t’apprendre à t’étonner,
T’apporter son innocence innée.

L’enfant Soleil, l’enfant Étoile,
Qui se tenait derrière le voile,
Venu te présenter sa toile,
Son Unicité se dévoile.

Et s’Il vient tout juste de naître,
Comment ne pas Le reconnaître?
À Lui, tu te relies souvent,
Lui, l’Amour grand comme l’océan.

Il te fait renaître à toi-même,
À ton essence, pour que tu aimes,
Que tu te tournes vers l’essentiel,
Ton essence venue du ciel.

Il fait de ta vie, ton projet sens,
Un projet dont tu connais l’essence,
Tu reconnais ton droit de naissance,
Tu bénis votre re-co-naissance.

Il était là, en gestation,
Bien lové dans Son blanc cocon,
Faisant que tu Le reconnaisses,
Pour qu’un jour, enfin tu renaisses.

Et voilà, qu’en ces temps de fêtes,
La connexion s’est enfin faite,
En ce jour de nativité,
Fêtons l’Enfant-Roi qui est né.

Et je salue en toi la Mère,
Toi, qui l’as porté en ton sein,
Et je salue en toi le Père,
Qui a crée cet enfant Un.

De l’Esprit du Père, conçu,
De la trame de la Mère, issu,
En toi, il y a fait Sa place,
Pour que la Trinité se fasse.

Votre  Divine Reconnexion,
Se réalise dans la fusion,
Votre Reconnexion Cosmique,
Explose dans son jardin ludique.

Noël, c’est la Paix dans ton cœur,
La Joie de vivre ce grand bonheur,
Noël, c’est l’Amour dans ta vie,
L’Union qu’il crée, par sa magie.

Il est né, le Divin Enfant,
En chacun de nous, en ce jour,
Il est né le Divin Enfant,
Chantons tous son avènement!

Brigitte

                                                                                                  

dimanche 6 novembre 2016

Ce Tout qui comme-unique,

Allongée au soleil sur la roche-éléphant,
Caressée doucement par le souffle du vent,
Au bord du petit lac que j’aime tendrement,
Mes pensées vont vers toi,belle âme, en ce moment.

Cette roche-éléphant, gardienne de cet Éden,
Me souffle à l’oreille, des mémoires d’antan,
De la joie qui sommeille, au cœur de chaque enfant,
Qu’est chaque-Un d’entre nous, s’il laisse tomber ses chaines.
   
Toi aussi, elle t’habite, cette petite fille lutine,
Je la rencontre,amie,dans tes yeux pétillants,
Dans cette perception, chez toi si enfantine,
Du monde du Petit Peuple, dans l’émerveillement.

Et le lac me raconte l’histoire de la goutte d’eau,
Qui est venue, aux autres, subtilement se mêler,
Qui est venue s’offrir, pour qu’il puisse exister,
Lui donner ce qu’elle est, pour être ce beau plan d’eau.

Tu es la goutte d’eau, de ce grand océan,
Que nous tous nous formons, dans lequel, nous baignons,
Comme chaque-Un de nous, de la Source, l’enfant,
Dans ses bras avec toi, nous nous abandonnons.

Les arbres autour du lac, se mettent à murmurer,
Leurs branches entremêlées commencent à chanter,
Et le grand sapin vert me dévoile le secret,
De la force de l’Amour, par son Être, habité.

Tout comme le grand sapin, tu viens nous distribuer,
Cet amour que ton cœur, porte dans son berceau,
Ta voix belle et puissante, saura nous faire vibrer,
Lorsque tu chanteras, l’hymne du Monde Nouveau.

Les ondines me disent amie,que si tu veux,
Tu peux devenir reine, la reine de ces lieux,
Et ton roi y trouver et avec lui danser,
La valse de l’Androgyne, de leur Union Sacrée.

Ton feu qui n’a de cesse, que de brûler l’ancien,
Pour que jaillisse du Centre, la Lumière, enfin,
Te propulse vers ton but : pouvoir réaliser,
Dans le Un, dans le Tout, cette Grande Union Sacrée.

La Terre sous mes pieds, me pulse son essence.
Bois, aujourd’hui son eau qui coule de ses veines!
Savoure, ce repas venant de cette Doyenne,
De son corps nourricier : fais-le, tout en conscience!

Le soleil quant-à lui, m’enveloppe et sourit,
Ses rayons me taquinent et leurs clins d’œil exquis,
Sont des messages dorés, des souvenirs d’antan,
Ceux de nos origines, ceux de nos Grands Parents.

Étoile qui a choisi, d’exprimer ta Lumière,
De te remémorer, qui tu Es, d’où tu viens,
Tu brilles de tous tes feux, petite sœur de la Terre,
Grande parmi les Grands, comme eux, tu te souviens.

Je t’aime,

Brigitte